Restaurant Auguste
Mr GoodFish

MR GOOD FISH

A l'occasion du lancement de la campagne européenne "Mr Goodfish - Bien choisir son poisson, c'est bon pour la mer, c'est bon pour vous", le chef étoilé, Gaeël Orieux, grand défenseur de la protection des ressources des mers et des océans a accepté de parrainer cette campagne et de sensibiliser ses confrères.
Lancement de la campagne, le 18 mars 2010

Parce qu'il est temps de penser à une consommation du poisson responsable, NAUSICAA, Centre National de la Mer à Boulogne-sur-Mer, lance officiellement le 18 mars 2010, une campagne européenne « Mr Goodfish » visant à rendre le public acteur pour la préservation de la ressource marine.
Trop d’espèces de poissons sont surpêchées alors que trop d'espèces de poissons sont méconnues, abondantes et de surcroît délicieuses. La campagne « Mr Goodfish » a pour ambition de changer les comportements des consommateurs via les pêcheurs, les poissonniers et les restaurateurs en signalant dans ces points de vente, de façon claire et évidente, les produits qu’il est préférable de choisir si l’on veut « consommer durable ».
Nausicaa en association avec l'Acquario di Genova en Italie et l’Aquarium de Finisterre en Espagne, sous l'égide du Réseau Océan Mondial, ont notamment établi une liste de poissons à privilégier selon les régions et les saisons. Des poissons que les poissonniers et les restaurateurs s'engagent à mettre en avant par une campagne de signalisation apposée sur les étals et sur les cartes des restaurants.

Gaël Orieux, un chef dans la campagne

Breton de cœur, plongeur émérite, chef de cuisine d'un restaurant étoilé où les trésors de la mer occupent une grande partie de la carte, Gaël Orieux ne pouvait refuser la proposition de Nausicaa de devenir le parrain de cette campagne européenne.
Pour ceux qui le connaissent, Gaël Orieux a toujours tiré la sonnette d'alarme en soulignant que « La mer n’est pas un marché en libre-service ». Depuis plus de quatre ans, il alerte régulièrement les pouvoirs publics et frappe à toutes les portes des organismes scientifiques nationaux. Son objectif, établir une liste des espèces méconnues qui peuvent être des alternatives aux poissons habituellement présents sur les étals. C'est désormais chose faite, la liste est disponible sur le site www.mrgoodfish.com et c’est sans aucun doute cet engagement auquel Nausicaa n’a pas été insensible qui lui confère ce titre de « parrain de la campagne ».
Gaël est convaincu que l’on peut changer les habitudes des restaurateurs, des poissonniers, des pêcheurs et donc des consommateurs. Selon lui, il est vital de protéger certaines espèces de poissons. Même si toutes ne sont pas encore en danger, le moment est venu de changer notre mode de consommation pour laisser à certaines espèces le temps qu'il leur faudra pour se renouveler. Pourquoi toujours consommer du cabillaud, de la lotte, de la raie, de la sole quand le tacaud, la vieille, le chinchard, le maigre ou la cardine possèdent des propriétés gustatives aussi intéressantes que les autres ?
L'idée n’est évidemment pas de boycotter les poissons les plus courants sur les étals des poissonniers ou sur les cartes des restaurants mais de proposer une alternative aux consommateurs en les incitant à goûter de nouvelles espèces qui ne trouvent pas preneurs par méconnaissance, ce qui permettra ainsi de diminuer la pression de pêche sur les stocks des espèces habituellement utilisées. Par son engagement, Gaël Orieux souhaite sensibiliser ses confrères en les incitant à participer à cette campagne. Là encore, l'idée n’est pas qu'un restaurateur change sa carte du jour au lendemain mais qu'au contraire, il intègre de temps à autre une contre-proposition à ses convives. Les habitudes des consommateurs ne changeront pas du jour au lendemain, mais elles peuvent et elles doivent évoluer. C'est pour cette raison que dès le 18 mars 2010, Gaël Orieux apposera sur sa carte le sigle « MrGoodfish » pour signaler la création d’un plat à partir d’un poisson méconnu ou habituellement délaissé.

« Les espèces de poisson à valoriser sont nombreuses. Elles permettent aussi à un chef de se renouveler. J'espère que mes confrères seront sensibles à cette démarche ».